Vous pouvez si vous le désirez facturer la boîte à vos clients. Notre sondage effectué en Novembre 2013 fait ressortir que ces derniers sont prêts à payer pour l’obtenir car notre concept se veut également solidaire (versement d’une partie de nos bénéfices à des associations en charge des plus démunis ou des maladies graves). En revanche, chaque boîte ne peut être vendue à un prix supérieur à son prix d’achat.

Néanmoins, nous vous conseillons de ne pas la facturer et d’amortir le prix de cette boîte en intégrant une somme modique (quelques dizaines de centimes d’euros seulement) dans les prix de vos plats et menus. Vos clients ne pourront qu’être ravis et satisfaits de ce service supplémentaire que vous leur offrez.

Oui. N’oublions pas que nous voulons cette boîte solidaire ;-). Nous mettons donc un point d’honneur à ce que celle-ci soit fabriquée par une entreprise française même si son coût de production est légèrement supérieur à celui que l’on obtiendrait en la faisant fabriquer à l’étranger (Europe de l’Est, Asie).

Non. L’emploi de carton recyclé n’offre pas à l’heure actuelle une garantie de qualité ainsi que de fiabilité pour le produit que nous souhaitons distribuer. La réglementation française est d’ailleurs très stricte dans ce domaine. Néanmoins, les matières utilisées pour la fabrication de notre boîte bénéficient du label européen Ecolabel ainsi que du label FSC.

Oui. Prochainement, il sera possible de commander la boîte en ligne pour les pays suivants : Suisse, Belgique, Luxembourg, Monaco.

Oui. Cette boîte pourra être recyclée comme vous le faîtes avec vos journaux ou vos emballages carton (une fois rincée et nettoyée sommairement bien sûr). Elle est également compostable grâce à ses matériaux nobles qui la composent.

Contrairement aux idées reçues, les restaurants traditionnels perdent et gaspillent beaucoup plus que les cantines. Ils ont les plus grosses pertes, avec 230 grammes de denrées perdues ou gaspillées par personne et par repas !

Très souvent, l’idée de finir l’assiette est un principe alimentaire et moral relatif au gaspillage et non à la qualité du plat en lui-même. Aussi bien à la maison qu’au restaurant, nous finissons notre assiette alors même que nous n’avons plus faim…

Voici un article très intéressant qui aborde le sujet du Doggy Bag : Le « doggybag » à la française, on avance ! Il en ressort que beaucoup de personnes mangent au delà de leur appétit au restaurant :

  • par éducation ou habitude de finir leur assiette
  • parce qu’elles veulent en avoir pour leur argent
  • par volonté de ne pas gaspiller
  • par crainte de déplaire au restaurateur ou de passer pour radin(e)

Source : Le blog d’Ariane Grumbach, diététicienne-nutritionniste à Paris.